Comment on lit…

Comment notre cerveau de primate est-il capable de lire alors qu’il n’a pas eu le temps pour s’adapter à cette activité récente (à peine 10 000 ans, une paille dans l’histoire de notre patrimoine génétique)? C’est l’une des questions auxquelles tente de répondre Stanislas Dehaene dans son passionnant livre “les neurones de la lecture” (on peut aussi suivre son cours au collège de France disponible en podcast).

Dehaene nous embarque dans l’étonnante exploration des mécanismes cérébraux de la lecture en exploitant toutes les techniques possibles, de l’imagerie cérébrale à la description des cas cliniques les plus incroyables.
Première surprise, on a découvert que pour lire, notre cerveau active systématiquement une zone très particulière, la zone occipito-temporale-gauche, spécialisée chez les primates dans la reconnaissance des objets, des visages et des formes en général. Sa sur-sollicitation pour la lecture est attestée dans tous les systèmes culturels étudiés et tiendrait à ses prédispositions très spécifiques. Elle est en effet capable de reconnaître des formes familières:
– quelle que soit leur taille,
– quelle que soit leur orientation jusqu’à quelques degrés d’inclinaison,
– quelle que soit leur localisation dans le champ visuel (mais avec une préférence pour la zone centrale).
Comme toutes les fonctions de l’hémisphère gauche, elle est en outre plus sensible au détail qu’à la perception globale, à l’analyse fine plutôt qu’à l’impression générale de ce qu’elle perçoit.

Toutes propriétés évidemment particulièrement intéressantes pour reconnaître des lettres et des combinaisons de lettres…
En approfondissant le fonctionnement de cette zone, les chercheurs se sont rendus compte que tout comme les primates, nous sommes surtout sensibles à un nombre très limité de tracés élémentaires pour caractériser un objet visuel: formes en T, en Y, cercles, tracés parallèles ou perpendiculaires, boucles etc. C’est sur la base de ces petits indices visuels que l’on reconnaît un visage, une silhouette etc. Cette reconnaissance “réflexe” est probablement la cause de notre sensibilité aux illusions d’optiques, par exemple en associant mécaniquement la présence de signes visuels spécifiques (une forme de nez) à l’identification d’un visage, même si par ailleurs on “sait” qu’il n’y a aucun visage à voir (emprunté de l’excellent blog du complot des papillons):

Nos mécanismes de lecture sont donc le résultat d’un recyclage, d’une reconversion de ces zones douées pour la reconnaissance particulière de tracés caractéristiques.
L’un des résultats les plus extraordinaires de la recherche est que ce sont ces mêmes formes élémentaires que l’on retrouve systématiquement dans toutes les formes d’écriture humaine, de manière beaucoup plus fréquente que dans des tracés effectués au hasard par un ordinateur ou un enfant ne sachant pas lire. Ce ne serait donc pas le cerveau qui se serait adapté à l’écriture, mais l’écriture qui progressivement se serait adaptée aux formes les plus facilement reconnaissables par notre cerveau de primate. Pour aboutir à une espèce de trame universelle qui sous-tendrait tous les systèmes d’écriture du monde, une bien jolie idée en somme.

Apprendre à lire consiste donc à reconnaître parmi ces formes élémentaires, celles qui forment des lettres, puis reconnaître leurs combinaisons, d’abord de manière séquentielle, puis parallèle; à assimiler et utiliser la régularité statistique de leurs combinaisons pour lire de plus en plus rapidement; et enfin à combiner astucieusement plusieurs “voies de lecture” -reconnaissance visuelle, déchiffrage phonétique, interprétation lexicale des morphèmes, pour parvenir à une lecture fluide dont la vitesse est à peu près indépendante de la taille des mots usuels.

Mais apprendre à lire exige aussi de désapprendre certaines choses, en particulier l’identification comme semblable de formes symétriques par rapport à la verticale! Nous sommes en effet capables -et c’est heureux- de reconnaître un chat que l’on observe son profil gauche ou son profil droit. A noter que nous sommes beaucoup moins doués pour reconnaître le symétrique vertical d’un objet familier – un visage à l’envers par exemple comme celui-ci.
(Joli brin de fille sur la gauche? Retournez donc l’image, pour rire… Source ici)

Or la lecture est une discipline où l’asymétrie est de rigueur: on écrit de gauche à droite (en écriture latine) et l’on ne doit pas confondre “d” et “b”, “q” et “p”. Lorsqu’ils apprennent à écrire, les enfants éprouvent naturellement des difficultés à se “désymétriser” et il leur arrive fréquemment de tracer certaines lettres à l’envers, comme dans un miroir. On a montré que les difficultés de lecture de certains enfants dyslexiques pouvaient provenir d’une insuffisante latéralisation.

Diable, le génie des manuscrits inversés de Léonard de Vinci, serait-il le signe d’une “insuffisante latéralisation”?

9 comments for “Comment on lit…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *