Six choses insignifiantes

>Toc! Emmanuel m’ayant aimablement convié à raconter « six choses insignifiantes que vous ignorez de moi », je m’y colle. Et vous n’êtes pas obligé de lire, hein.

Avertissement et mentions légales précisés, voici donc ces six trucs sans importance sur moi, que vous ignoriez à juste titre:

1. J’ai enregistré le jingle d’une émission du soir pour Itaparica FM.

2. Je sais bouger mes deux oreilles (ensemble) mais seule la base de mon pouce gauche peut se déboiter toute seule- pas mon pouce droit, allez savoir pourquoi.

3. J’ai toréé une vachette dans une arène à Mexico.

4. Je peux rester des heures debout et en silence auprès d’un pêcheur qui n’attrape rien.

5. Je me suis endormi un jour à l’intérieur d’un tank lancé à pleine vitesse, ma tête (protégée de son casque) cognant allègrement dans l’habitacle au gré des cahots d’une piste défoncée.

6. J’ai nettoyé les mangeoires d’une batterie de poulets au milieu du Neguev.

Hop! Je passe le relais à 6 victimes que j’apprécie particulièrement:
Eric, pour qu’il rentre de ses sports d’hiver et raconte ses états d’âme,
– Patrice Lanoy, dont le complot des papillons m’émerveille si souvent,
Miss Celaneus qui me fait rire depuis son Brésil lointain,
Tom Roud que je lis avec plaisir,
Eric C. un autre Eric, lui aussi chasseur de curiosité,
Benjamin qui sait parler brillamment d’autre chose que de bactéries.

3 comments for “Six choses insignifiantes

  1. Miss Celaneus
    09/03/2008 at 01:37

    >Happy to read that.Je vais réfléchir à cette affaire d’insignifiance, mais a priori, il n’y a rien d’insignifiant dans ma vie que l’amour-de-la-tienne ne connaisse pas déjà…

  2. Eric
    11/03/2008 at 00:19

    >C’est fait. Je me dévoile totalement en ligne. Il a fallu un peu creuser mais j’y suis arrivé.

  3. Ethaniel
    04/01/2012 at 19:10

    > 2. […] seule la base de mon pouce gauche peut se déboiter toute seule- pas mon pouce droit, allez savoir pourquoi.
    Je peux moi aussi me déboîter très facilement la base du pouce gauche, mais pas le droit.
    Cependant, je suis certain d’en connaître précisément la raison : j’ai reçu dans ma jeunesse (vers mes 9±3 ans) un malheureux coup de pied justement à la base du pouce gauche, et soit c’est une énorme coïncidence, soit c’est la cause de la possibilité de déboîtement (sans doute une histoire de ligament latéral interne, mais mes connaissances anatomiques sont quasiment nulles, je n’irai pas plus loin dans les suppositions).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *