Bêtes de sexe! (1)

On a parfois tendance à assimiler Darwin avec la théorie de la sélection naturelle. Mais Onc’ Charles avait envisagé une autre puissance à l’oeuvre dans l’évolution des espèces. Pour expliquer des bizarreries morphologiques telles que la queue du paon ou les andouillers des cerfs – qui handicapent leurs propriétaires plus qu’autre chose, il supposait que ces traits sont la conséquence de la rivalité qui existe entre les mâles pour séduire les femelles, celles-ci choisissant l’élu qui présente les plus beaux attributs physiques. Cette explication a été progressivement complexifiée et enrichie par la suite jusqu’à devenir un grand classique de la théorie de l’évolution. Or de plus en plus de biologistes s’interrogent sur sa pertinence et j’aimerais partager avec vous mes réflexions (un brin provocantes peut-être!) à la lumière de mes derniers lectures sur le sujet.

Part 1: Faut-il chercher une explication aux goûts féminins? 

A quel point la qualité génétique des mâles influe-t-elle directement ou indirectement sur les préférences féminines? Cette question est centrale dans la théorie de la sélection sexuelle et c’est donc par là qu’on va commencer. Reprenons à la base. La sélection sexuelle repose sur deux hypothèses:

  • Les femelles cherchent à maximiser la qualité (la fitness) de leur descendance et recherchent par conséquent les meilleurs géniteurs possibles. Au fil de l’évolution, elles ont acquis le coup d’œil pour les repérer (on verra dans les prochains billets pourquoi mâles et des femelles ne jouent pas des rôles symétriques).

La théorie de la sélection sexuelle mise en oeuvre par Bérengère Krief.

    • Certains traits (une belle collerette, un chant puissant etc.) renseignent directement ou indirectement sur la qualité génétique du mâle. Dans le cas d’ornements manifestement pénalisants comme la queue du paon ou les couleurs vives qui attirent les prédateurs, on suppose qu’ils indiquent que leur porteur est tellement vaillant qu’il surmonte facilement ce genre de handicap. Avec cette théorie du handicap, si vous êtes petit, avec un gros ventre et un énorme casque de scooter, vous avez toutes vos chances avec les femmes.

      Le portrait robot du mâle idéal, selon la théorie du handicap

C’est donc la préférence des femelles pour ces indices (parfois très indirects) concernant la qualité génétique des mâles qui provoque leur généralisation et leur amplification au fil des générations. Tout le jeu consiste donc à rechercher pour chaque trait masculin en quoi il signale une aptitude héréditaire dont pourra bénéficier sa descendance. Encore cette vieille tentation de l’adaptationnisme qui ne résiste pas très bien à l’examen critique…

Le mythe du « bon gène »

Premier problème: l’aptitude des enfants dépend moins de la qualité des gènes de leurs parents, que de leur compatiblité mutuelle – ce que les biologistes appellent l’histo-compatibilité. Si chaque femelle recherchait le mâle qui lui convient le mieux, il n’y aurait aucune raison quelle ait les mêmes goûts que ses copines. Chacune ayant ses petites préférences particulières, l’argument « d’optimalité génétique » explique donc mal les goûts collectifs des femelles pour tel ou tel trait.

Quand bien même on néglige cet argument, on se heurte très vite à ce que les biologistes ont coutume d’appeler le paradoxe du Lek (le lek est l’aire de parade nuptiale chez les oiseaux). Jouer sur le succès reproductif des individus est une méthode bien connue des éleveurs pour améliorer rapidement la qualité de leur cheptel. Mais la méthode -très efficace à court terme- atteint vite ses limites au bout de quelques générations:

Imaginez, écrit la biologiste Joan Roughgarden [1], un agriculteur qui souhaite sélectionner une variété de grosses tomates parmi ses récoltes. Dans un premier temps, la sélection progresse rapidement, parce que l’essentiel de la variation en taille entre les tomates peut être prédite par l’examen de leurs plantes mères. Après quelques années, tous les gènes de petites taille sont éliminés et la variation restante n’est plus prévisible à partir de la seule taille de la plante mère: cela implique que la variation restante doit être classée comme environnementale, et non génétique.

Les ocelles (tâches en forme d’oeil) sur la queue du paon. Source ici

Au bout de quelques générations, il devient inutile de continuer à sélectionner les plantes mères sur le critère de leur taille car la part d’héritabilité de ce trait est tombée à zéro. Autrement dit, quand bien même la traîne du paon a pu être -il y a bien longtemps- un marqueur de l’aptitude des mâles, la préférence continuelle des femelles pour ce trait lui aurait fait perdre depuis longtemps toute signification d’aptitude génétique. Ce n’est pas une ocelle de plus ou de moins qui renseigne sur la qualité d’un mâle.

Pour le dire autrement, un trait physique ne peut servir de signal publicitaire que tant qu’il est rare. Plus il se généralise, moins il apporte d’information sur la qualité des géniteurs. Si les femelles recherchaient vraiment le meilleur patrimoine génétique masculin, elles devraient changer de critère de référence toutes les dix ou vingt générations!

Les amants n’ont rien d’extraordinaire

90% des oiseaux sont socialement monogames et pourtant environ 30% des oisillons sont nés d’un autre père que celui du nid. Dans la théorie de la sélection sexuelle, cette infidélité féminine s’explique facilement: dès qu’une femelle a l’occasion de copuler avec un mâle génétiquement supérieur à son partenaire officiel, elle a tout intérêt à sauter discrètement sur l’occasion (si je puis dire) pour en faire profiter sa progéniture tout en conservant la protection de son conjoint officiel. La théorie prédit donc qu’on devrait observer une plus grande aptitude chez les rejetons illégitimes. Or Joan Roughgarden [1] a dépouillé une centaine d’études à ce sujet, portant sur une cinquantaine d’espèces d’oiseaux. La majorité de ces études (60%) n’ont détecté aucun bénéfice génétique indirect (bons gènes ou gènes compatibles) à ces accouplements hors couple. Les amants illégitimes ne sont pas différents en moyenne du mâle trompé, en ce qui concerne les traits censés être des marqueurs de qualité génétique (couleur du plumage ou chant). Et les enfants nés hors-couple n’ont pas de meilleures chances de survie que les autres. Bref, l’explication de l’infidélité par la sélection sexuelle ne tient pas.

Ces résultats sont cohérents avec ce qu’on sait des mœurs des éléphants de mer, dont les femelles regroupées en harems sont monopolisées par le mâle dominant. Un monopole très relatif, puisqu’on s’est rendu compte récemment (cf ce billet de « Les Poissons n’existent pas« ) qu’entre 30 et 50% des rejetons d’un harem avaient un géniteur différent du maître des lieux. Or si les femelles cherchaient vraiment le meilleur patrimoine génétique, on voit mal pourquoi elles iraient en mer fricoter avec le premier venu, alors qu’elles ont à leur disposition celui qui a fait ses preuves. Les chercheurs avancent toutes sortes d’explications tarabiscotées pour justifier ce phénomène sans qu’aucune soit réellement convaincante.

Tous des obsédés!

L’interprétation de l’infidélité féminine en termes de stratégie évolutive est donc loin d’être une évidence. Il en est de même de très nombreuses pratiques animales atypiques dont les biologistes ont longtemps minoré l’importance:

      • L’homosexualité est observée chez au moins 300 espèces différentes par le biologiste Bruce Bagemihl qui en a dressé une longue liste (ici): drosophiles, lézards, goélands, bisons, hyènes, lions, antilopes etc. Une telle généralité contredit l’idée que la sexualité ait la reproduction pour seul objet. L’étude des  bonobos -grands adeptes des ébats en tous genres- suggère au contraire l’importance du rôle social de la sexualité pour le maintien de la cohésion d’un groupe.

        Kangourou party!

      • La masturbation est également très fréquente, chez les chats, chiens, lions, ours, morses, mâles ou femelles. Même les chevaux ou les cerfs -qui ne peuvent utiliser leurs pattes pour se stimuler- savent se frotter contre les arbres pour se faire plaisir. Comment des pratiques aussi dispendieuses en ressources ont-elles pu résister à la sélection naturelle?

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=56yDx3OHV5A&w=320&h=240]

      • Le biologiste Thierry Lodé [2] rapporte quantité d’anomalies évolutives: mésanges qui s’accouplent après avoir mis bas leur portée, dauphins en train de copuler avec des tortues ou des requins, amours hybrides entre ours blancs et grizzlis. Les animaux sont parfois de vrais obsédés sexuels!

Photomontage ou aberration évolutive?

Là encore pas mal d’hypothèses alambiquées ont été suggérées pour justifier ces pratiques en termes d’avantage adaptatif. Mais à force de contorsions et de complications, ces systèmes d’explication sont peu convaincants et il faut peut-être dépoussiérer les fondements de la théorie.

Le libertinage, moteur de l’évolution?

Thierry Lodé propose une version radicalement simplifiée: le plaisir étant le raccourci le plus simple qu’ait trouvé Dame Nature pour pousser les animaux à se reproduire, pourquoi ne pas envisager que c’est la recherche de jouissance qui guide la plupart des comportements sexuels. Avec parfois des effets de bords, lorsque cette quête du plaisir s’assouvit en dehors de toute reproduction. Interpréter tous les comportements sexuels en termes d’avantage évolutif, c’est oublier que l’évolution bricole avec ce qu’elle a sous la main. Une stratégie n’a pas besoin d’être optimale, il lui suffit qu’elle soit simplement « good enough » pour perdurer.

Le plaisir sexuel a été assez peu étudié jusqu’ici par les biologistes, alors qu’il pourrait jouer un rôle important dans l’évolution. Non seulement pour expliquer les petites extravagances dont on vient de parler, mais aussi à cause de son influence sur la bonne santé de la progéniture. Je vous en ai parlé dans un précédent billet: lorsque des femelles Diamants Mandarins s’accouplent avec un mâle qui possède une bague rouge (elles adorent le rouge, allez savoir pourquoi!) leurs œufs sont plus gros et leur progéniture plus vaillante, indépendamment de la qualité génétique du père. Mieux, encore: des chercheurs français ont obtenu le même effet de maternage sur des outardes Houbara, rien qu’en leur faisant visionner une belle parade nuptiale avant de les inséminer artificiellement! L’émotion amoureuse semble avoir un effet bien plus important que la qualité génétique du mâle sur l’aptitude de la descendance…

Au vu de tous ces arguments, faut-il vraiment continuer à expliquer les préférences sexuelles des femelles en termes de stratégie évolutive? Tout porte à mettre en doute l’idée que l’évolution a patiemment façonné leurs goûts pour optimiser la qualité de leur descendance. Et pourtant ces goûts existent à l’évidence et sont très divers. D’où viennent-ils? Pourquoi les paonnes préfèrent-elles les grandes traînes et pas les couleurs ternes? Je vous raconterai ça dans le prochain billet! (Et by the way, c’est ici!)

Billets connexes:
L’adaptationnisme ou le retour de Pangloss sur notre manie de tout interpréter en termes d’optimalité évolutive
Consanguins… ou presque, sur la capacité -ou non- des animaux à déterminer la proximité génétique de leur partenaire.
Poules sentimentales sur le rôle des émotions dans le monde animal
Vraiment sans gène sur quelques perles de la psychologie évolutionniste en matière de sexualité humaine.
Darwin reloaded 1, 2 et 3

Références et liens intéressants:
[1] J Roughgarden: le gène amoureux
[2] T Lodé: la biodiversité amoureuse
M Giraud: Darwin c’est tout bête
Un article de Slate sur la masturbation chez les animaux et la page de Wikipedia sur les bizarreries sexuelles.

10 comments for “Bêtes de sexe! (1)

  1. Pierre Ponce
    27/01/2014 at 19:46

    Vous finissez par une question et promettez de la répondre au prochain numéro… Pourrait-on tenir ? On va se faire des idées entre temps. J’aurais préféré des questions partiales et leurs réponses dans le même « papier ». On va finir par être des habitués du Café du commerce des sciences. Détruire un si belle hypothèse mérite des réponses convaincantes. Il faudra intégrer le « bricolage ». Et le plaisir qui ne peut pas être en lui seul un but ultime, sans faire des concessions au « populisme journalistique » de l’auditoire.

  2. 27/01/2014 at 21:27

    @Pierre: désolé je n’ai rien compris…

  3. Pierre Ponce
    28/01/2014 at 08:58

    Il n’y a pas d’agressivité.
    1 – Les mâles sont voyants parce que les femelles doivent être cryptiques. Pour échapper aux prédateurs.
    2 – Le mot homosexuel est trop connote. Les jeux (ludiques) a connotation homosexuel, ou masturbatoire ne sont pas de l’homosexualité. A mon humble avis. Je n’ai jamais vu de pénétration anale. Je sais ! on donne aux mots le sens qu’on veut.
    2 bis – Beaucoup de frustration, après l’espoir pour les femelles.
    3 – Les techniques journalistiques de « suspense a feuilleton et titre » agacent les scientifiques.(Même s’ils les emploient aussi. Surtout pour les titres=).
    4 Bricolage = Tinkerin de F. Jacob.

  4. 28/01/2014 at 09:30

    @Pierre: Merci pour ces précisions

    1. Pas de spoiler! Ce sera l’un des thèmes du prochain billet justement

    2. Chacun ses définitions mais la pénétration anale entre mâles est courante d’après T Lodé, notamment chez les orques, lamantins et girafes. P Barthélémy rapporte même l’histoire d’un canard homosexuel ET nécrophile (ici)

    3. La question (et le titre) était « Faut-il chercher une explication aux goûts féminins? », j’espère avoir montré pourquoi l’explication classique (« adaptationniste ») ne me semblait pas convaincante. Mais un billet de blog doit être court et les miens sont déjà bien trop longs 😉

  5. Pierre Ponce
    28/01/2014 at 14:29

    O.K. Merci
    Et d’accord que « l’espoir du plaisir », même si parfois déçu, est un bon moteur ou « carotte ». Avec les « gaspillages » inhérents au tâtonnement qui fait que « si ça marche » c’est suffisant.
    Merci d’ouvrir des fenêtres (ou portes). Avez vous mis le Rôle de la « Séduction » et rôle des « phantasmes » (fantasmes?) dans votre « panier » ? (Je crois qu’ils sont AUSSI nécessaires aux animaux et pas qu’humains).

  6. Jojo2
    01/02/2014 at 14:23

    La bague rouge du mandarin semble être connectée à la notion de plaisir dans votre argumentaire. Difficile de comprendre ce cheminement. D’autre part, bien que ce soit difficile il vaudrait mieux n’être pas anthropocentrique et n’utiliser les termes émotion amoureuse, jouissance ou plaisir qu’avec des pincettes (en l’absence d’études IRM fonctionnelles…)

  7. 01/02/2014 at 18:39

    @Jojo2: j’ai court-circuité un peu le raisonnement dans ce billet mais je vous renvoie à mon billet sur le sujet (« Poules sentimentales » dans la liste des billets connexes) qui explicite mieux ce lien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *