A-côtés de la claque

Avez-vous remarqué comment, à la fin d’un concert ou d’une représentation théâtrale particulièrement réussie, la salve d’applaudissements initiale finit par ralentir pour se mettre à l’unisson et rappeler le retour des artistes sur scène, avant de reprendre progressivement un rythme plus soutenu et se diluer de nouveau dans une cascade bruyante et désordonnée. Les applaudissements semblent suivre un cycle de phases lentes et synchronisées suivies de phases bruyantes et chaotiques.
[youtube=QDUdUZ6dgsQ]
La synchronisation instinctive
Des chercheurs se sont amusés en 2000 à décortiquer ce phénomène en laboratoire et ont découvert des trucs amusants: notre tendance à applaudir « à l’unisson » serait un exemple de plus de notre propension à synchroniser inconsciemment nos rythmes avec ceux de nos prochains [2]: nos pas se règlent tout seuls sur celui de nos compagnons de marche; les femmes vivant en collectivité finissent par avoir le même rythme menstruel et dans une chorale la synchronisation des chœurs est si naturelle qu’il faut beaucoup de concentration pour chanter « en canon ». On ne sait pas très bien expliquer ce réflexe; probablement renforce-t-il les liens entre les membres d’une collectivité en créant une émotion particulière, un sentiment d’appartenance communautaire.

Toujours est-il que cette propension nous vient sans doute d’assez loin dans l’évolution [3] puisqu’on l’observe chez tout un tas d’espèces animales dont les membres synchronisent leurs rythmes sexuels, alimentaires ou autres. Jusqu’aux lucioles qui accordent mystérieusement leurs clignotements lumineux entre elles, et qu’on arrive même à faire synchroniser avec un petit clignotant artificiel.

Des horloges bien sympathiques
On peut même remonter les sources de cette tendance à la physique elle-même: Huygens avait découvert en 1665 déjà, que deux pendules oscillant très proches tendent naturellement à accorder spontanément leur fréquence d’oscillation. Sa découverte -la sympathie des horloges- est un peu tombée dans l’oubli jusqu’à ce qu’on y revienne au 20e siècle. Kuramoto a récemment montré comment des oscillateurs très simples et interagissant de proche en proche, finissent toujours par se caler sur une même fréquence, à condition que leurs fréquences initiales ne soient pas trop dispersées autour de la moyenne. Voilà le truc pour nos applaudissements! Pour pouvoir se synchroniser il faut que les applaudissements aient au départ des fréquences pas trop éloignées les unes des autres.

Nos chercheurs [1] ont donc demandé à des étudiants isolés d’applaudir d’abord à un rythme régulier, puis à faire le maximum de bruit en applaudissant. Pour marquer un rythme régulier, tous les étudiants ont adopté une fréquence d’applaudissement assez lente (les histogrammes en rouge sur le cadran f), dont le spectre était relativement étroit autour d’une valeur moyenne. Par contre, pour applaudir fort, il faut frapper souvent dans ses mains: les étudiants adoptaient donc des fréquences deux fois plus élevées et dans un spectre de fréquence beaucoup plus large (les histogrammes en noirs du même cadran). Conclusion: il est très facile de se synchroniser quand on applaudit lentement, mais c’est impossible quand on applaudit fort.

clapping

Le dilemme de la claque
Ce phénomène pourrait être à l’origine du cycle alternant nos deux types d’applaudissements. Nous serions tiraillés entre deux pulsions contradictoires: notre enthousiasme nous pousse à faire le maximum de bruit et à applaudir frénétiquement, créant un brouhaha incohérent. Notre instinct nous pousse par ailleurs à adopter une fréquence synchrone. Pour y parvenir il suffit d’applaudir une fois sur deux et de laisser parler son instinct, et nos petits pendules internes se synchronisent tous seuls car les fréquences obtenues sont suffisamment proches. Jusqu’à ce que poussés par l’enthousiasme, nos applaudissements n’accélèrent tout seuls etc. Les applaudissements oscillent ainsi entre ces deux modes, ce que les chercheurs ont corroboré en mesurant la fréquence sonore dans une salle de théâtre. Sur le graphe (cadrans a et b), on visualise bien le rythme rapide et anarchique des 12 premières secondes d’applaudissements, qui se convertissent en applaudissements plus lents et bien rythmés jusqu’à la 27 eme seconde environ, avant de retomber dans le chaos désynchronisé d’applaudissements rapides et bruyants.

Il n’y avait guère que dans les pays de l’ancien bloc soviétique où les applaudissements pouvaient se maintenir synchronisés pendant de longues minutes après un long discours politique. Pas facile de simuler l’enthousiasme!

Au bout d’un moment, les applaudissements s’arrêtent brutalement. Je suppose que nous sommes sensibles aux moindres variations du volume sonore et qu’il suffit que quelques personnes s’arrêtent d’applaudir pour que tout le monde s’en rende compte et cesse également d’applaudir.

Comportements individuels très simples, imitations et feedbacks, cohérence collective avec cycles et effets de seuils: les applaudissements intègrent toute la panoplie des ingrédients classiques des phénomènes d’auto-organisation!

Sources:
[1] The sound of many hands clapping , Neda et al. (Nature, Fev 2000)
[2] Synchronization, Sumpter, D.J.T (à paraître), Collective Animal Behaviour, Princeton University Press
[3] Les horloges sympathiques: l’organisation sociale au rythme de la synthonisation, Maxime Sainte-Marie (Les cahiers de Lancie, Mars 2008)

Billets connexes:
Billet classé (puissance) X sur l’origine spontanée des spirales de Fibonacci dans la nature
Les neurones de la musique, et l’origine de notre oreille musicale
Le temps source de désordre? pour d’autres exemples d’auto-organisation étranges

3 comments for “A-côtés de la claque

  1. Tom Roud
    05/04/2009 at 20:15

    >Huygens, Kuramoto… tu as de bonnes lectures !Un point important dans cette synchronisation est la nature du couplage et sa force. Je ne mettrais par exemple pas sur le même plan les applaudissements (qui passent par un cerveau « conscient ») et les rythmes menstruels (qui passent probablement par un système hormomal). Dans la limite du couplage nul, il est bien sûr impossible de se synchroniser.

  2. Xochipilli
    05/04/2009 at 21:16

    >@Tom: ce qu’il y a de fascinant c’est que des couplages tous très différents convergent finalement sur des phénomènes collectifs aux règles très similaires. Pour la synchronisation des applaudissements, elle passe effectivement par la conscience et peut éventuellement être modulée par la volonté. Mais il me semble qu’elle relève au départ plutôt de la pulsion automatique (comme le fait de synchroniser ses pas sur une musique) que du libre-arbitre classique. Elle se fait comme « à notre insu » même si un peu d’attention la rend plus décelable (et contrôlable) que d’autres synchronisations biologiques.

Comments are closed.